Aller au contenu

À propos

Visions

Ceci n’est pas un festival féministe.

Car ce festival ne prétend pas se substituer aux luttes sociales et politiques qui ont fait et font avancer les droits des femmes et des minorités de genre vers plus de justice et d’égalité. Ceci est un festival d’arts, de réflexions, de découvertes et de jeux.

De joies aussi.

Car les artistes n’ont pas pour fonction d’éduquer, de cultiver, de rendre intelligent·e ou moins obtus, même si cela peut parfois arriver. Les artistes sont des personnes qui créent des œuvres. Qu’i·els soient artistes à plein-temps, à mi-temps, à quart-temps. Qu’i·els soient artistes le week-end, le dimanche, un jour par mois, un jour par an.
Les plein-temps, mi-temps, quart-temps artistes sont malgré tout celle·ux qui contribuent à produire nos imaginaires du monde.
Et il y a des imaginaires plus égalitaires, plus justes et plus inclusifs que d’autres. Ce sont ceux-là que l’on veut vous montrer.

Alors ce festival n’est pas un festival féministe.

Mais c’est un festival créé et pensé en féministe.
En dialogue avec les féminismes.

Un festival qui valorise le travail et les créations d’artistes femmes et issu·es des minorités de genre. Femmes racisé·es et blanc·hes, cis ou trans, personnes non-binaires, celle·ux avec ou sans domicile fixe, avec ou sans plan épargne, lesbien·nes hétéro bi, avec ou sans famille, avec ou sans handicap visible ou invisible, professionnel·les ou amateur·ices, du présent, du passé et du futur.

Au sens large et au sens trouble.

Ceci est un festival pour vous qui pensez que les femmes et les minorités de genre ont aussi une digne place dans le monde.

Ceci est un festival où vous pouvez venir seul·es ou accompagné·es, avec vos enfants, votre époux·se, vos amoureux·ses, votre famille et vos adelphes, vos ami·es et vos grand-parent·es, votre parrain·e et votre voisin·e. Vous trouverez toujours un espace pour vous

Missions

1

Contribuer à la visibilité, à la diffusion et à la valorisation des productions et du travail artistique des femmes et des personnes issues des minorités de genre.

2

Contribuer à créer et diffuser de nouveaux imaginaires, plus inclusifs et plus justes.

3

Contribuer à la production et à la diffusion des savoirs sur le dialogue entre arts et féminismes.

4

Fournir des outils d’émancipation pour les femmes et minorités dans le secteur de la culture.

5

Créer un lieu de transmission et d’apprentissage à destination du grand public.

6

Changer les pratiques d’accueil pour les publics et les artistes, repenser l’inclusivité et la sécurité dans l’organisation et sur le temps du festival.

Origines

Depuis 2015, il y a une prise de conscience des inégalités de genre et des discriminations dans le secteur culturel (affaire Weinstein, procès Jan Fabre, mouvement #meetoothéâtre, création du mouvement FS, etc.). Des études quantitatives et qualitatives sont aujourd'hui en cours afin de continuer à mettre en lumière ces violences.
En résumé, les femmes, les minorités de genre, à fortiori les personnes non-blanches, sont présent·es, mais sous-représenté·es dans le champ de la Culture – et ce tant au niveau économique qu’au niveau symbolique :

À un niveau économique : plafond de verre d’ascension sociale

· Sont moins présent·es dans les lieux de pouvoir : aux postes de direction de théâtres, aux postes d’enseignant·es titulaires dans les écoles d’Arts.
· Ont des carrières souvent moins longues et plus précaires.
· Disposent de moins de moyens financiers pour créer et ne sont pas soutenu·es institutionnellement au même niveau que les hommes cisgenres.

À un niveau symbolique :
sert de modèle et donc reconduit les discriminations

· Ont accès à des rôles moins complexes et subalternes.
· Les normes de genre et de beauté continuent à déterminer les distributions.
· Les personnages de femmes sont fréquemment stéréotypés, avec des disparités selon les rôles de femmes blanches et de femmes racisées.

La création du FAME · Festival where Arts Meet Empowerment entend ainsi soutenir le travail de ces artistes, dans une programmation qui veut proposer d’autres regards sur le monde, de nouveaux imaginaires, plus inclusifs et plus justes.

Voici différentes ressources pour se sensibiliser à l’invisibilisation des femmes, des minorités de genre et des personnes racisé·es dans le milieu culturel :

La création du FAME est une initiative de l'Échevine de la Culture de la Ville de Bruxelles, Delphine Houba, qui tend ainsi contribuer à renforcer l’égalité dans le champ de la culture.

Charte

FAME s’est donné comme guide une série de verbes, qui orientent nos relations avec les artistes, les publics, et entre les membres de l'équipe elle·ux-même.

Équipe

Camille Khoury

elle

Direction Artistique

Effir Libilbéhéty

iel

Presse & Communication

Joëlle Reyns

elle

Coordination Technique

Khady Diallo

elle

Stagiaire Communication

Laëtitia Miranda-Neri

elle

Direction de Production

Leila Duquaine

elle

Chargée de dispositifs de relations et de rencontres

Margot Sponchiado

elle

Gestion Administrative et Financière

Mélina Ghorafi

elle

Chargée de dispositifs de relations et de rencontres

Partenaires

Nous remercions chaleureusement la ville de Bruxelles et le Théâtre des Riches-Claires, qui nous permettent de réaliser le festival tel qu’il est.

Éditions précédentes

Faire défiler vers le haut