Aller au contenu

Les aliens sont des travelos

Jordan Roger

ConférencePerformance

21.09.23 | 20h
FR
12+

Durée : 1h30

Lieu : Riches-Claires

2023-conference-rogerbarre-01-Cjordanrogerbarre-R
Analyse des personnages aliens travesti·es des dessins animés des années 90 à nos jours.

Ayant fait ses recherches théoriques sur les représentations queers des dessins animés, Jordan y découvre que les seuls personnages, désignés comme masculins, à se travestir constamment en femmes sont des figures extraterrestres. Ces représentations aliens étant le fruit d’humour et de moqueries, leur seule caractéristique se trouve être le fait qu’ils soient des folles. Les Zinzins de l’espace, Lilo & Stitch, American Dad, Les Télétubbies, Les Supers Nanas, etc, sont des films et séries d’animation proposant exactement le même type de personnages queer : les déshumanisé·es. Cette déshumanisation des LGBT+ n’est pas le seul fléau, certaines grosses maisons de productions de dessins animés préférant présenter la communauté des minorités sexuelles et de genre comme étant des êtres à haïr et à craindre au plus haut point.

Comment la communauté queer des dessins animés est-elle déshumanisée et diabolisée ? Pendant une conférence d’une heure et demie, Jordan Roger vous présentera ses analyses qui confirmeront ce que les queers et les trans ont appris tout au long de leur vie : nous sommes des aliens.

 

TW Passages de dessins animés très colorés ; Propos discriminatoires analysés ; Agression sexuelle suggérée

Jordan Roger
Jordan Roger a décidé de barrer son nom de famille suite à l'excommunication familiale qu'il a subi il y a quelques années par les témoins de Jéhovah. Dès lors, il voue un culte à sa propre colère. Ses œuvres, toujours militantes, se dressent en réaction à l'hétéropatriarcat, aux inégalités de classes et questionnent plus généralement la Religion, ses amours, ses icônes et la Famille. Jordan utilise des codes connus de tous·tes pour les détourner de leur statut originellement conçu. Ses doigts d'honneurs se matérialisent dans un travail pluridisciplinaire qui se nourrit d'un champ lexical gay. Un château de princesses en flammes, une chorale de sirènes, une fausse page Wikipédia en céramique, un travesti dans une robe de mariée. Des doigts d'honneurs couleurs pastels ou recouverts de paillettes et affublés de phrases chocs, espérant pouvoir endoctriner le plus de brebis possibles dans son culte à la vengeance. Ses pièces sont ou ont été visibles au Mac Val, à l'Antre-Peaux à Bourges, à la Graineterie à Houilles, à l'ArtistRunSpace à Paris et à Eternal Gallery à Tours.
Faire défiler vers le haut